Ceci est une nouvelle histoire complète.
Titre : Les allocations familialles - Texte complet
Auteur : revesman
Personnages : 1 homme, 1 femme, 1 petit garçon, 1 petite fille
Le plus jeune garçon a 6 ans
La plus jeune fille a 8 ans
Inceste
Oral
Masturbation
Pénétration anale

Texte envoyé le 16/02/2013
Texte publié le 17/02/2013

Creative Commons 2013 - revesman. Certains droits réservés.

Ce texte est mis à disposition sous licence Creative Commons BY-NC-SA. Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de ce texte, toute modification du texte doit être distribuée sous licence identique.

Résumé :
un agent de la caf apporte de l'argent a une adhérente

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'.
http://www.asstr.org/~Histoires_Fr/

Les allocations familialles

par revesman

Texte complet

J'arrive à 12h15 chez ma dernière cliente. Je suis chargé d apporter l'argent des allocations familiales aux adhérents.

Je ne connais pas encore la femme que je vais visitée.

Je sonne et une charmante brune m'ouvre. Elle me sourit et me fait entrer.

– Ah vous tombez bien dit elle venez dans la salle à manger. Elle me fait asseoir dans un canapé et me propose un Martini.

– Volontiers, vous ete ma dernière cliente et j'ai le temps.

Elle m'apporte l'apéro et moi j'ouvre ma sacoche pour lui donner son dut.

– Voila votre argent.

Elle le prends, le range dans un tiroir et vient s'asseoir à cote de moi. Arrive alors deux enfants. Un petit garçon de six ans et une fillette de 8 ans. Le gamin ne porte qu'un maillot de corps et la fillette ne porte qu'une culotte transparente ! Laissant apercevoir sa petite fente de gamine.

Je trouve le spectacle charmant, d'autant que la mère est habillée d'une mini jupe et d'un chemisier blanc, sans soutien gorge, et largement ouvert sur une poitrine généreuse. Je commence à bander.

– A la votre

Elle lève son verre et nous trinquons.

– A quoi allons nous boire dis je ?

– A votre venu. Vous tombez bien car ma.machine à laver vient de tomber en panne. Je me demande comment je vais faire. Même avec l'argent de la caf je n'aurais pas assez pour m'en payer une nouvelle.

Le gamin s'est installé sur sa mère et a ouvert ses jambes me montrant son sexe.

– Ah oui c'est embêtant. Il faudrait que vous gagniez à la loterie nationale.

– Oui dit elle ou que je trouve quelqu'un qui me la paierait dit elle avec un grand sourire. Je crois que je serais très gentille avec lui.

– Ah bon dis je mais que lui proposeriez vous ?

– Oh vous savez je crois que j'ai des arguments assez convaincants dit elle en gonflant sa poitrine et en commencent a caresser la bitte de son petit garçon. A ce moment la, la gamine vint s'asseoir sur moi. Depuis le début de cette conversation ma bitte s'était bien durcie et la fillette pris un malin plaisir de s'asseoir le plus haut possible sur mes cuisses. Je sentais ses fesses carrément sur mon sexe.

– Et vous croyez que se sera assez ?

– Comment ça dit elle vous savez l'homme qui me paiera cette machine a laver ne le regrettera pas.

– J'en suis tout a fait convaincus dis je mais une machine a laver coûte chère. Il faudrait peut être trouver d'autres arguments.

A ce moment la, je met ma main sur la poitrine de la fillette et commence a la caresser. Sa peau est douce. Je triture un peu ses tétons et la gamine rigole un peu.

– D autres arguments dit elle Je crois que mes enfants pourraient participer a cette bonne action.

Elle continue à caresser la bitte de son fils, puis elle mouille son doigt et le met sur l'anus du petit.

A peine avais-t-elle dit ses paroles que je glisse ma main dans la culotte de la fillette. Mes doigts rencontrent sa petite fente que je caresse.

– Mais quelle mère serait assez perverse pour accepter que l'on branle sa fille devant elle ? Dis je en retirant la culotte de la fillette qui commence a se trémousser, mes doigts toujours dans sa fente.

– Une belle salope dit elle en enfonçant son doigt dans l'anus de son fils qui cria un peu. Elle se mit à le pistonner de plus en plus rapidement.

– Et vous croyez que vous trouverez un homme pervers qui pourrait par exemple sortir sa bitte et enculer votre garçon ?

– Les hommes sont tous des gros cochons. Ils ne rêvent que d'une chose baiser tous ce qui se trouve à leur portée. Il adorent les enfants très jeunes, mais comme cette société leur interdit d y toucher, ils se retiennent mais son près a payer le prix quand l'occasion se présente. Ils sont près a tout.

En disant cela, elle ouvre sa jupe et se masturbe la chatte avec sa main, l'autre étant toujours occupé a enculer son fils.

– Et vous croyez que cet homme pourrait se faire sucer par votre fille et enculer votre garçon.

– Bien sur dit elle. Les enfants que cette femme élève sont habitués et lui obéissent aveuglement.

Je n'en peux plus de cette conversation. Je retire mon pantalon et mon slip, sort ma bitte et la glisse dans la bouche de la gamine. Celle ci l'a prend dans ses mains et commence à me branler. Sa petite langue tourne autour de mon gland. Le gamin lui, toujours sodomisé par le doigt de sa mère ouvre son chemisier et suce un téton, son autre main caressant l'autre sein.

Puis je me lève.

– Allez assez parlé. Ouvre tes cuisses que je m'occupe de ta chatte. Après tes gosses vont goûter de ma bitte.

Elle ouvre grand les cuisses et je l'enconne d'un coup.

– Ah oui dit elle baise moi fort je la sens bien ta grosse bitte.

Je la lime pendant une dizaine de minutes, son gamin sur elle. La gamine se rapproche, pose sa tête sur le ventre de son frère et gobe son sexe qu'elle suce avec un plaisir évident. La mère caresse la chatte de sa fille, faisant aller ses doigts entre les lèvres du petit sexe, puis trouvant le trou du cul y enfonça un doigt. Décidément, elle adore enculer ses gosses.

Puis je retire ma bitte bien baveuse de sa mouille et pose mon gland sur l'anus du gamin. Voyant cela, la mère écarte les fesses du garçon pour agrandir le passage. Je prends ma bitte à deux mains et pousse. Mon gland rentre tout seul. Le gamin se crispe un peu. J'attends un peu puis pousse tout doucement et son anus accepte finalement les 19 cm de mon sexe. Sa mère l'encourage.

– T'aime ça hein une bonne bitte dans ton cul. Allez mon chéri, maman va te branler.

Elle caresse le sexe du gamin qui était tout dur. Je commence a le limer, bien serré dans ce petit cul.

Le gamin pousse des petits cris à chaque fois que j'enfonce ma bitte. Je me penche un peu et suce les tétons de cette belle salope, puis je l'embrasse, jouant avec sa langue. La gamine me caresse les couilles et les seins de sa mère. Je lui introduis deux doigts dans son cul et le lime à la même cadence que son frère.

Puis je quitte le doux puit du gamin et met la gamine en levrette. Je l'encule à son tour, appréciant l'élasticité de son petit trou. Puis je m'assoies sur le canapé et la fillette met ses jambes de chaque côté des miennes me tournant le dos. Elle s'encule en tenant ma bitte, la dirigeant elle même vers son anus. Sa mère se lève, écarte les jambes, prend la tête de sa fille et la dirige vers sa chatte.

– Allez petite pute tu vas bien lécher ta mère.

La fillette sort sa langue et aspire la mouille de sa mère puis léche les grosses lèvres et titille le clitoris. Sa mère gémit et son corps est soudain parcouru de spasmes. Elle jouit en criant et en tenant a deux mains le tête de sa fille.

N en pouvant plus je sorts ma bitte du cul de la fillette et j'asperge de sperme les figures de la mère et de ses deux enfants. La mère se dépêche de nettoyer, avec sa langue, ses deux mouflets en léchant le foutre qui macule leurs visages.

– Alors dit elle mes arguments vous ont convaincu ?

– Tout a fait.

Je m'habillais et je déposais un chèque sur la table.

– On se reverra de toute façon le mois prochain pour les allocations dit la mère en m'entourant le coup avec ses bras. Je crois que mon lave vaisselle donne des signes de fatigue..........