Ceci est la suite d'une histoire.
Titre : Les Aventures de Magdalena - Chapitre 2
Auteur : Magdalena
Personnages : 3 hommes, 1 femme, 2 adolescentes
La plus jeune fille a 13 ans
Voyeurisme
Orgie
Oral
Masturbation
Homosexualité masculine
Lesbianisme
Urine

Texte envoyé le 19/08/2012
Texte publié le 19/08/2012

Creative Commons 2012 - Magdalena. Certains droits réservés.

Ce texte est mis à disposition sous licence Creative Commons BY-NC-SA. Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de ce texte, toute modification du texte doit être distribuée sous licence identique.

Résumé :
Sabrina et Magdalena décida de s'arrêter au bar, pas que pour boire.

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'.
http://www.asstr.org/~Histoires_Fr/

Les Aventures de Magdalena

par Magdalena

Chapitre 2

Durant le trajet, je n'arrêtais pas de penser à la phrase que la directrice m'avait murmuré : « Après elle, ma fille, il n'y aura personne ! Alors soit sage et conduit-toi comme une gentille petite fille. »

Sabrina arrêta son véhicule soudainement, près d'un bar à la sortie de Biarritz.

– Tu dois avoir soif avec cette chaleur, n'est pas ? me demanda-t-elle sans attendre la réponse.

Nous descendions de la voiture et nous entrions dans le bar. Ensuite toutes les deux, nous nous asseyons à une table près d'une fenêtre ouverte. Un serveur d'une vingtaine d'année s'approcha de nous.

– Bonjour madame Gomez ! dit-il avec une certaine familiarité.

Je devinais qu'ils se connaissaient, elle avait la quarantaine, lui sortant à peine du lycée, une femme cougar.

– Alors pour toi et la demoiselle ? demanda le jeune serveur en affichant son plus beau sourire.

– Pour moi un thé glacé et pour la petite un coca !

Au bout d'un bref instant, le garçon revient avec les boissons, et Sabrina lui demanda de se pencher pour lui chuchoter quelques choses à l'oreille. Le serveur sourit et fit oui avec un signe de la tête.

Tranquillement on avait commencé à boire notre commande.

Soudain, elle se leva avant même d'avoir fini son thé.

– Magda, tu m'attends ici, je fais faire un tour au WC ! m'avoua-t-elle en me souriant.

D'un pas rapide, je me dirigeais vers le fond de la salle ou se trouvé les toilettes.

J'attendais tranquillement en buvant son soda et en regardant les gens qui trainaient au bar. Soudain, sans savoir pourquoi, Je me levais et me dirigea vers le fond de la salle. Arrivé je fis trois porte avec une pancarte : la première à droite, il était écrit « WC boys », le deuxième à gauche, il était écrit WC Girls, et le troisième au milieu, il écrit « WC Spéciale ». Intrigué, j'entrai, et n'aperçut personne, soudain, j'entendis un bruit venant d'une cabine. Je m'approchai de la porte ou le bruit venait et remarqua une petite ouverture de forme ronde qui donnait sur l'intérieur. Je m'agenouillai et regarda par l'ouverture en posant ses deux mains sur la porte.

J'aperçus Sabrina à genoux entre les jambes du serveur, avec son pénis dans la bouche, tandis que ses mains lui caressé les bourses qui devait surement être pleine. La bite fait des va-et-vient dans sa bouche tandis que serveur commença à gémir de plus en plus.

Elle retira son pénis de sa bouche et lui lécha les burnes avec passion, pour ensuite reprendre la queue dans sa bouche. Saisissant sa nuque, il effectua des va-et-vient de plus en plus rapide et plus profond. J'étais fascine pas cette scène et ma chatte commença à s'humifère

Soudain trois types entrèrent dans les toilettes en riant et me remarqua immédiatement. Il y avait un noir, et deux blanc, mais je n'osais pas bouger, surement par peur, je restais à genoux les yeux collé à l'ouverture ronde. Ils s'approchèrent, et sortirent leurs pénis et commencèrent à se masturbant. Un à droite de moi l'autre à gauche et le noir derrière moi. Je sentais l'odeur de leurs glands qui se trouvait à quelque centimètre de mon visage.

– Oh, je sens que ça va venir ! grogna le type qui se trouvait à ma droite.

Je restai silencieuse, les yeux fermes, attendant la suite avec crainte.

Soudain, des jets bref mes abondante s'écrasèrent sur ma joue droite suivie par d'autre jets chaud sur ma joue gauche. Le noir certainement hors de lui en voyant ce spectacle me saisit par les cheveux pour me mettre la tête en arrière, et il me dégagea une formidable quantité de foutre sur le front. J'étais défigurée par cette marée de sperme. Le type qui se trouvait à ma gauche lécha mon front. Le noir lécha ma joue droite lécha, tandis que l'autre lécha la joue gauche. Voir, ses trois hommes aspirer et avaler le foutre de leurs potes m'excité, et ma culotte était complètement trempé. Après m'avoir nettoyé le visage, heureux, ils quittaient les toilettes en riant Ensuite sans perdre en instant, j'allais au lavabo pour me nettoyer le visage et enlever la salive qui était collé.

En sortant des toilettes, j'aperçus une jeune fille de 16 ans, de taille moyenne, avec une magnifique poitrine, une taille svelte et des hanches volumineuse comme moi. Elle avait un joli visage bronzé, une jolie chevelure blonde et des yeux d'un vert émeraude. Elle était habillée d'une mini-jupe écossaise et un Tee-Shirt rouge avec un magnifique décolleté. Elle avait beaucoup de difficulté à ses déplacer avec une jambe dans le plâtre et des béquilles. Elle n'arriva pas à ouvrir la porte des toilettes. Entre filles, il faut preuve de solidarité, donc je décidai de l'aider.

– Bonjour, Je m'appelle Magdalena, vous avez besoin d'aide ? lui demandais-je en lui souriant.

– Oui, merci me répondit-elle.

Elle se nommé Marie, et elle était en vacances chez son père. Elle c'était cassé le tibia en faisant l'idiote avec ses copines. Je ne sais pas pourquoi cette fille m'attirait pourtant je ne crois pas être lesbiennes. Je m'étais juré, qu'un jour, je ferais l'amour avec une fille, juste pour voir, voilà peut-être l'occasion.

Arrivant devant une cabine, j'ouvris la porte et j'entrais avec elle. Marie était surprise, mais elle resta muette. Je m'agenouillais devant elle, et je relevais sa mini-jupe qui cacher un magnifique string rouge. Je baissai le bout de tissu et j'aperçus ensuite une adorable chatte couvert de poils blond.

– Je ne suis pas lesbiennes ! dit-elle avec une voix de petite fille.

– Moi, non plus ! répondis-je en souriant.

Je passais un doigt de haut en bas de cette fente humide et chaude désir. Marie devait trouver cela agréable car, elle commençait à mouiller

– Oh, c'est bon, lâcha-t-elle en levant les yeux au plafond.

« Allez, ma fille, franchit le pas, et broute lui le minou » me disais-je dans ma tête. Je posai d'abord mes lèvres sur sa chatte pour un léger baiser d'introduction. Et avec deux doigts j'écartais ses grandes lèvres pour prendre possession de ses petites lèvres et de son clitoris gonflé. Je commençais à la lécher, à la sucer avec passion. Enfin, je pratiquais mon premier cunnilingus et j'aimais ça.

– Je dois faire pipi, je ne fais pas pouvoir me retenir ! me prévient-elle soudainement.

J'avais été tenté de la lécher très fort pour qu'elle me pisse dans la bouche, mais cela était risquer, elle aurait pu prendre peur et s'enfuir. Je retirais ma bouche de son sexe et la laissa s'assoir sur la lunette des WC le plus confortablement possible. J'écartais ses jambes pour la voir uriner, et j'approchai mon visage le plus près possible de sa chatte. Marie ferma les yeux et essaya de comprimer sa vessie, mais rien sortit, alors je tapotais son clitoris avec deux doigts et soudain, elle lâcha un jet dru et jaunâtre qui se perdit dans la cuvette. Mon visage était si près de son sexe que j'aurais presque pu en boire.

Une fois la source tarie je plaquai ma bouche contre sa chatte qui avait un goût d'urine et de mouille. Je décidais avec ma langue de taquiner son magnifique clitoris, je décidais de lui tournais autour, de le lécher, de l'humidifier, et de le taquiner, ce qui le fit de nouveau gonflé de plaisir. Marie poussa un léger et doux soupir en ondulant délicatement le bassin et elle commença à me caresser les cheveux. Ma culotte débordait de mouille. Je commençai à accélérer la cadence jusqu'à lécher frénétiquement tout en aspirant un petit jet fort et salée, que sa vulve expulsai.

Je retirai ma bouche rapidement et je lui dis :

– Ta mouille est délicieuse !

Elle me mit à sourire et me répondant :

– Je vois que tu aimes la déguster... tu vois c'est du premier choix... venue toi droit de mon vagin !

Donc, je replongeai ma tête entre ses cuisses, ma bouche collée à ses grandes lèvres, je caressai avec ma langue son clitoris et son vagin. Marie trouva cela divin.

– Je viens... je viens... ! gémi-elle en me saisissant les cheveux

A ce moment-là ses muscles se contractèrent, et son bassin ondula plus rapidement.

Elle jouissait, elle ne pouvait pas étouffer ses gémissement de plaisir, ses jambes me capturent la tête, m'enferment entre ses cuisses, chérissant ma langue.

Après quelques secondes, elle desserra les jambes et lâcha mes cheveux, tandis, que je embrassais sa chatte,

– Alors ? demandais-je en souriant les lèvres couverte de cyprine

– Tu ais très doué ! reconnu Marie en lui caressa la joue.

– C'est vrai ?

– Oui...

– Je pense qu'on peut toujours progresser !

– Serais-tu perfectionniste, Magdalena ? demanda Marie.

– Oui, mais je me soigne ! répondais-je en plaisantant

Je sortis de la cabine rapidement en m'essuyant la bouche avec le revers de ma main, et sans me retourner, je retournai vers la table ou Sabina m'attendais.

– T'es prêt à partir, me demanda-t-elle

– Oui, lui répondais-je en souriant.