Ceci est une nouvelle histoire.
Titre : Le Club Des Pervers - Maman Zoo - Chapitre 1
Auteur : Ole Crannon - Saint Florent
Email : saint-florent[_at_]mail.com
Personnages : 1 homme, 1 femme, 1 petit garçon, 2 petites filles
Le plus jeune garçon a 10 ans
La plus jeune fille a 2 ans
Voyeurisme
Oral
Masturbation
Pénétration vaginale
Pénétration anale
Lesbianisme
Zoophilie

Texte envoyé le 06/09/2011
Texte publié le 06/09/2011

©2011 - Ole Crannon - Saint Florent. Tous droits réservés.

Toute reproduction de cet écrit est interdite sans autorisation de son auteur.

Résumé :
Lynn se tape Albert pour la premère fois et partage son expérience avec Sissy

Texte vérifié par un modérateur.

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'.
http://www.asstr.org/~Histoires_Fr/

Le Club Des Pervers - Maman Zoo

par Ole Crannon - Saint Florent

Chapitre 1

Note légale, avertissements et copyrights

Les histoires qui vont suivre contiennent des descriptions d'activité sexuelle explicites et ne peuvent être diffusées à des personnes mineures ou si vous vivez dans un pays où ce genre de littérature est interdite. Si vous êtes un mineur, ou si la loi de votre pays vous interdit d'accéder à des histoires pornographiques, quittez cette page. Ces histoires et personnages sont de la pure fiction et toute ressemblance avec des événements actuels ou passés, ou avec des personnes (existant ou ayant existé) n'est que pure coïncidence. Si les histoires pornographiques vous offensent d'aucune manière, ne lisez pas plus avant. Si vous êtes choqué par des histoires mettant en scène   : orgies, bisexualité, inceste, sexe entre mineurs et adultes, BDSM, torture, uro-scato, zoophilie, dilatation extrême, extrême pedo, sexe entre jeunes et vieux ou par toute autre action sexuelle, vérifiez les story-codes avant de lire ces textes ou ne lisez rien du tout. Sérieusement   ! Ces histoires ne sont pas pour les couilles molles ou les femmelettes.

En lisant le contenu de ces histoires, vous certifiez avoir l'age légal et résidez dans une juridiction ou ceci est légal. Et vous avez pris cette décision librement et conscients de tous ces avertissements.

Conformément à la Convention de Berne, ces œuvres sont protégées par tous les droits expressément réservés à l'auteur sauf autorisation explicite de celui-ci. Vous n'avez pas le droit de distribuer ces œuvres en d'autres lieux, site web ou forum, ou les publier nulle part ailleurs sous forme numérique ou imprimée sans autorisation écrite de l'auteur. Vous n'avez pas le droit de vendre ou utiliser ces histoires en aucun lieu et en tirer revenus auprès des lecteurs sans le consentement écrit de l'auteur.

Ole Crannon.

***

Si vous ne savez rien du Club des Pervers ou n'avez pas lu le «   background   » du groupe, il vaudrait mieux que vous lisiez «   Le Club des Pervers - Introduction   » pour info.

Ceci est l'histoire d'une famille qui a été acceptée comme membre, et de leurs perversions extrêmes qui a attiré l'attention d'une autre famille membre du club.

***

Cette famille avait pratiqué le sexe bizarre entre eux pendant des années, mais avait toujours eu peur que quelqu'un d'extérieur s'en rende compte, pour des raisons évidentes Excepté récemment pour un très petit groupe d'amis secrets et discrets – un de ceux appartenant à notre club, comme on le verra plus tard, et qui les a recommandé auprès de nous. Lorsqu'ils furent sélectionnés et qu'on leur offrit d'être membre du groupe de pervers, ils sautèrent sur l'occasion. Mère et fille étaient branchées exhibition et performance «   en public   » et firent des shows à tous les membres dès qu'elles en avaient l'occasion. Elles auraient fini par nous faire un show toutes les nuits si ça avait été possible. Pour ce qu'il en est, elles passaient leurs nuits chez elles, mais planifiaient et s'entrainaient pour les suivants.

A cette époque c'était une famille formée d'un couple, la trentaine, d'une petite fille de quatre ans, d'un garçon de douze ans, d'une fille de quatorze ans, et d'un Rottweiler. Plus quelques petites autres bestioles comme nous verrons plus tard.

La mère, Lynn, avait un peu d'expérience lors de son mariage, mais, les années passant, les choses s'étaient installées dans une sorte de routine. Si on considère qu'une famille qui baise tous ensemble c'est de la routine. Puis, il y a de ça quelques années, Lynn tomba sur le net sur du porno extrême ; ses pulsions et son excitation commencèrent à monter d'un cran. Du moins pour tout ce qui touchait au très bizarre.

Dressons un petit portrait de notre maman et de sa famille qui aiment tant faire offrir des shows au groupe. A 33 ans, c'était encore une très belle femme, incroyablement sexy. Elle faisait environ 1m75, de longues jambes souples montant vers un petit cul encore bien rond, un ventre encore ferme surmonté par une prodigieuse paire de seins qui n'avaient pas encore besoin de soutien gorge pour bien se tenir. Des tétons érigés large comme mon petit doigt, entourés d'aréoles brunes de la taille d'une pièce de 2 euros. Son visage était extrêmement plaisant à voir, magnifique quand elle souriait, et était couronné d'une chevelure châtain qui lui tombait sur les épaules. En tous cas, n'importe quel homme dirait qu'elle pourrait être en poster de tous les magazines masculins, même à son age.

Son mari, Rob, était un an plus vieux, faisait environ 1m80, était mince, cheveux bruns foncé, et était doté d'une mignonne petite bite de 15 cm. Lynn et sa fille la plus âgée, Sissy, l'aimaient vraiment beaucoup. Surtout quand elles l'avaient en elles. Rob était un des directeurs d'une petite, mais fructueuse, entreprise de sécurité informatique, poste qui lui permettait d'avoir des horaires flexibles. Il avait aussi un bon salaire ce qui fait qu'ils étaient à l'aise financièrement. Rob et Lynn avaient été plutôt libres et dévergondés au moment de leur mariage, mais ça s'était un peu tassé avec le temps. Malgré tout, ils étaient encore très libre sexuellement et restés très ouverts même après la naissance de leurs enfants. Rob baisait sa fille Sissy depuis plus de six ans et elle adorait ça.

Leur jeune fils Bobby était un jeune garçon classique, hormis le fait qu'il participait aux ébats de toute la famille depuis sa naissance et appréciait complètement de s'envoyer en l'air avec sa mère ou ses soeurs. Et elles avec lui. Bien qu'il n'était pas assez vieux pour produire de la semence avant l'age de onze ans il adorait prendre son pied et ce, aussi souvent que possible. Il n'était pas encore devenu le chien fou dopé par ses hormones qu'il serait à la puberté, mais il adorait caresser et tripoter le corps magnifique de sa mère et aimait s'amuser avec sa soeur, particulièrement depuis qu'elle s'était épanouie, devenant une ado très chaude. Il trouvait ça très plaisant, sans que ça soit encore totalement lubrique, mais il en prendrait vite le chemin au moment de la puberté.

Sissy était une autre image de la beauté, une version plus jeune de sa mère. Elle avait de longues jambes, un chouette petit cul potelé, les seins encore naissants d'une fille de 12 ans, qui avaient démarré leur croissance grâce au flot d'hormones qui croissait dans son jeune corps et allaient plus tard devenir les généreuses mamelles de sa mère. Sissy adorait les caresser et adorait que d'autres les pelotent, spécialement son père et son jeune frère. Elle aimait aussi se fourrer à peu près n'importe quoi dans chacun de ses orifices et les dilater à l'extrême Si quiconque pouvait avoir des pulsions sexuelles plus fortes et plus salaces que sa mère, c'était Sissy. Il n'y a avait probablement rien qui ne puisse l'intéresser ou qu'elle ne veuille essayer tant que c'était rapport au sexe.

Sa mère et elle s'amusaient entre elles assez souvent, et avaient une relation d'amour filial très proche, par laquelle Sissy pouvait partager absolument tout avec Lynn. Aucun sujet n'était tabou. Sissy transpirait le sexe par chacun des pores de sa peau, et savait s'en servir. Les jeunes garçons du collège ne l'intéressaient pas du tout, elle les considérait, avec raison, comme trop immatures. Elle préférait les hommes plus vieux, comme son père. Ou ses profs. Elle menait Rob par le bout du nez et lorsqu'elle prenait un air candide et sa voix de petite fille, elle pouvait lui faire faire n'importe quoi, mais elle était consciente de ne pas user de son avantage trop souvent. Son père et elle baisaient ensemble depuis longtemps et pour elle il n'y avait rien de meilleur. Sissy était très brillante et avait de bonnes notes sans avoir à trop travailler, Lynn avait commencé son éducation scolaire très tôt, et faisait de même avec la petite Kari. La petite bambine, Kari, avait un peu plus de 4 ans, était précoce et une véritable beauté en devenir. Elle avait des cheveux châtains très clair, presque blonds, une jolie petite frimousse avec de grands yeux pétillants, et un envie insatiable d'avoir une queue dans la bouche. C'est parce qu'elle avait été conviée aux escapades sexuelles du reste de la famille depuis la naissance. Elle était très dégourdie, Lynn et Sissy aimaient passer du temps à l'instruire à l'aide de cartes-jeux, livres pour enfants et cubes alphabet. Elle avait déjà plusieurs années d'avance par rapports aux gamines de son age.

Environ deux ans plus tôt, le fiston, Bobby, on ne sait pour quelle raison, avait voulu un serpent pour animal de compagnie. Il avait vu un programme animalier à la télé et s'était intéressé aux reptiles. Ils étaient donc aller chercher un petit python royal dans une animalerie exotique, après qu'il leur ait cassé les pieds pour en avoir un. Le reptile faisait 45cm de long quand ils l'achetèrent et environ 25mm dans sa partie la plus large. Il (  ?) était très docile et Bobby se baladait constamment dans la maison, nu comme un ver, comme tous l'étaient la plupart du temps, le serpent enroulé autour du cou. Il semblait apprécier d'être transporté comme ça et Bobby l'avait même emmené une fois à l'école pour un exposé. Certain des gosses avaient aimé ça, mais sa prof n'avait pas du tout apprécié son choix.

Bien sûr, avoir un serpent nécessitait d'avoir à le nourrir. Donc ils achetèrent régulièrement des petites souris à la boutique pour le donner à l'animal. Toute la famille s'y habitua et personne n'eut d'aversion pour les souris ou pour le fait d'en acheter pour le repas du serpent. En fait, ils commencèrent à élever eux-mêmes des souris afin de ne plus avoir à en acheter. C'est à cette période qu'ils devinrent ami avec le propriétaire de la boutique d'animaux exotiques.

Au départ, Lynn ne manipulait le serpent qu'occasionnellement, Bobby le monopolisant en permanence Elle aimait vraiment le contact lisse et nerveux du reptile, et après l'avoir manipulé un certain temps, commença à se demander ce qu'elle ressentirait s'il entrait en elle, comme une bite. Elle en eu l'idée lorsqu'ils cherchèrent comment nourrir et prendre soin des reptiles sur internet. Elle tomba sur des sites porno décrivant des femmes baisant avec des serpents, mais ces images ou vidéos étaient assez dures à trouver. Pourtant, le sujet piqua son intérêt et elle continua à essayer de trouver des vidéos montrant des femmes avec des serpents. Surfer de lien en lien vers des images et des vidéos pornocrades finit par l'exciter prodigieusement. Soudain, elle se mit à passer des heures chaque jour à surfer sur du porno de plus en plus pervers, téléchargeant des vidéos qui l'enflammaient. Elle finit par avoir une sacré collection de trucs dégueulasses.

Elle découvrit aussi qu'elle avait un penchant qu'elle ignorait, lorsqu'elle tomba sur des vidéos BDSM très hards. Elle s'interessa particulierièrement à la torture extrême des seins et de la chatte, branlant son clito et prenant son pied plusieurs fois en imaginant que c'est elle qui était torturée. Elle couchait sa gamine pour une sieste, et se faisait jouir plusieurs fois en regardant les vidéos qu'elle avait téléchargé. Parfois elle le faisait alors que sa petite fille était avec elle, dans la même pièce.

Dans sa recherche vorace de sites pornos, elle tomba finalement sur un forum porno extrême où étaient postés des liens vers des vidéos d'un femme, qui non seulement se fourrait un serpent dans le con, mais aussi des souris, gerbilles, anguilles, grenouilles et des vers de terre. Cette idée ne révulsa absolument pas Lynn. Au contraire, elle se trouva extrêmement excitée à l'idée d'essayer pas mal des choses qu'elle avait vu. Elle avait déjà de temps en temps fantasmé sur le fait de se faire baiser par un chien. Maintenant, la sensation du serpent dans ses mains et sur son corps ne faisait qu'augmenter son désir d'essayer.

Un jour, pendant que la petite Kari de 2 ans regardait son DVD de dessins animés favori, Lynn fut vraiment très excitée de visionner quelques vidéos de serpents. Bobby était au collège; elle alla dans sa chambre et sorti le serpent de son aquarium de verre, où il vivait quand Bobby ne le trimballait pas autour de son cou. L'emmenant dans sa propre chambre, elle s'allongea sur le lit et laissa le serpent glisser sur son corps. Petit à petit, elle finit par enfiler la queue du serpent dans sa chatte bien lubrifiée. Après qu'elle en ait introduit 15 cm, les mouvements nerveux du serpent à l'intérieur la fit presque sauter au plafond. Son esprit était rempli de la vidéo de la femme et du serpent et elle était si émoustillée par la perversion de s'être enfilé le reptile vivant dans la chatte, qu'elle tomba raide de jouissance avec seulement 15 cm du python en elle.

Après s'être remise de son premier orgasme, elle continua à s'enfiler de plus en plus du serpent, imitant la femme de la vidéo Après s'en être mis les deux tiers, elle jouit à nouveau, ses jambes tremblant spasmodiquement et lacha le serpent. Une fois libéré, le serpent glissa lentement hors de sa chatte, lui déclenchant un orgasme quasi continuel, jusqu'à qu'il soit totalement sorti d'elle et resta là, posé sur le lit entre ses jambes.

Après avoir repris son souffle, elle reprit le python, et recommença à se le bourrer dans la moule, queue la première. Elle vivait un orgasme permanent par la combinaison de l'absolue perversité de ce qu'elle était en train de faire, et des mouvements et sensations ultra-stimulantes du serpent. Elle finit par se fourrer l'intégralité du serpent dans la chatte, à l'exception de la tête, et se délectait des sensations quand elle réalisa que sa fille de deux ans et demi se tenait à coté du lit, et regardait sa mère s'enfiler un serpent dans la chatte et jouir comme une folle. Elle sourit à l'enfant et lui tendit la main pour le faire grimper sur le lit auprès d'elle.

Il n'y avait rien d'inhabituel pour la petite fille de voir sa mère faire tout un tas de choses dégueu, étant donné que toute la famille était complètement libérée avec les gosses, et les avaient laissés se joindre à eux, quels que soient les trucs qu'ils faisaient. La fille ainée, alors âgée de 12 ans, était baisée régulièrement depuis quelques années par son père, et aussi par son frère. La petite de 2 ans, bientôt 3, avait déjà un sacré goût pour le sperme, ayant bouffé celui de son père dès le retour de la maternité. Maman suçait papa pour le faire bander, ou le faisait faire à Sissy, et le faisait juter sur ses gros seins, comme ça le bébé tétait, non seulement le lait de maman, mais aussi le foutre de papa. Ça les allumait tous. Une fois, Bobby essaya de se faire sucer par le bébé et mis sa petite bite dans la bouche du nourrisson alors qu'elle était dans son berceau. Il n'était pas assez vieux pour produire de la semence, mais la toute petite bouche était siiiiiiiiii bonne. Kari et lui prenait plaisir d'utiliser sa petite bite comme tétine.

Donc, Kari n'était pas étrangère aux frasques sexuelles de sa mère (ou du reste de la famille), et comme elle avait été en contact avec le serpent depuis assez longtemps, elle n'avait aucun problème pour le toucher. Voir sa maman se mettre Mr Serpent au fond du trou n'était pas une chose surprenante pour la gamine. Après tout, elle n'avait que deux ans et demi, presque trois. Une journée normale dans la maisonnée perverse. Elle était donc sur le lit avec maman, et descendit entre ses cuisses et commença à caresser la tête du serpent, qui était encore en grande partie à l'intérieur de la chatte de sa maman.

Le serpent trouvait le trou dans lequel il était tiède et confortable; il n'était donc pas stressé ou pressé de quitter le confinement de cette chatte. Maman avait de mini orgasmes en sentant le serpent toujours à l'intérieur et par le fait que ce qu'elle faisait était vraiment vicieux. Elle avait vu dans la vidéo que la femme s'était introduit un serpent entièrement, et en pensant à ça, elle prit la tête du serpent du bout des doigts, et le poussa complètement dans sa chatte. Elle pouvait sentir le serpent bouger en elle, et s'installer confortablement ; sa petite fille dit  : «   Oh non, serpent parti  !   » et commença à farfouiller dans la raie de sa maman pour tenter de trouver où le serpent était parti. Une fois encore, cela envoya Lynn au septième ciel et elle eu un orgasme dévastateur, son corps emporté par les spasmes de jouissance.

La petite fille restait assise entre les jambes tremblantes de sa maman cherchant le serpent dans le vagin de sa mère; ses manipulations ne faisaient que prolonger et intensifier l'orgasme de Lynn. Finalement, après plusieurs minutes, Lynn revint suffisamment sur terre, écarta les lèvres de sa chatte et y inséra un doigt pour retrouver le serpent. La petite Kari observait avec fascination jusqu'à ce que sa mère pèche le cou du serpent et tire sa tête à l'extérieur. Même la tête sortie, le serpent n'essayait pas de quitter ce trou si chaud, si moite et si confortable, et resta comme ça, avec 15 cm en dehors de la chatte de Lynn, le reste à l'intérieur, en envoyant des petits coup de langue dans l'air de temps en temps.

Kari battit des mains lors de la ré-émergence de Mr Serpent, et s'assit à coté de sa mère, caressant la tête du serpent. Tout se que pouvait faire Lynn pour ne plus jouir à nouveau, s'était de rester là, allongée ; puis, finalement, elle retira le serpent de son orifice. Mère et fille apprécièrent ensemble cet après-midi. Finalement, elle remit le serpent dans son terrarium juste avant que Bobby ne rentre de l'école.

L'esprit pervers de Lynn ne pouvait plus se détacher des sensations qu'elle avait ressenti quand le serpent gigotait en elle. L'absolue perversité de la chose la faisait mouiller à chaque fois qu'elle y songeait, c'est-à-dire presque constamment

Comme c'était vendredi, Rob rentra à la maison assez tôt, peu de temps après la session avec le python, et Lynn lui raconta tout avec enthousiasme, lui disant combien ça l'avait excitée. Plutôt que d'être dégoutté et étant un vrai pervers comme sa femme, Rob était fasciné par l'idée et voulu que Lynn le refasse pour lui. Lynn était émoustillée que Rob le veuille et voulait réellement sentir le serpent en elle, ils installèrent Kari sur le canapé avec son DVD favori. Ça capterait son intérêt pour un moment.

Ils allèrent dans la chambre de Bobby pour voir s'ils pouvaient «   emprunter   » son serpent. Bobby était rentré de l'école et était en train de lire nu sur le lit, mais plutôt que d'être enroulé autour de son coup comme d'habitude, le serpent rampait sur son dos nu et entre ses fesses. Bobby tortillait du cul; ce n'était pas quelque chose de nouveau, ni quelque chose qui lui déplaisait.

Lynn demanda à Bobby si elle pouvait prendre le serpent un petit moment et il répondit  : «   Bien sûr. Vous allez faire quoi avec  ?   ». Lynn répondit qu'elle voulait montrer quelque chose à son père, Bobby dit  : «   OK, je peux voir aussi  ?   » Rob et Lynn se regardèrent, dirent que c'était bon, et emportèrent le serpent dans leur chambre.

Lynn grimpa sur le lit, s'allongea les jambes écartées, et demanda à Bobby de lui mettre le serpent sur le ventre. Il passa au-dessus du lit et plaça le serpent sur elle; celui-ci commença à ramper lentement sur son corps tiède. Rob et Bobby observèrent Lynn attraper le serpent d'une main pendant qu'elle se branlait la chatte et le clito de l'autre. Elle glissa deux doigts dans sa chatte déjà dégoulinante, trifouilla l'intérieur puis les ressortit et les utilisa pour écarter ses grandes lèvres. A l'aide de l'autre main, qui tenait la partie basse du serpent, elle guida la queue du reptile pour l'introduire entre ses lèvres. Rob était en train de se déshabiller. «   Papa  ! Maman va se le mettre dans la chatte  !  ?   » s'exclama Bobby avec excitation.

«   On dirait bien, fiston   » dit son père, l'observant avec fascination, pendant qu'il retirait son pantalon et ses chaussettes.  »

Pendant que ces eux là restaient debout à mater, ce qui l'excitait encore plus, Lynn inséra la queue du reptile entre les lèvres de sa chatte et s'en fourra quelques centimètres. Le serpent n'essaya pas de s'échapper, se souvenant sûrement du confort de ce trou chaud, comme plus tôt dans la journée.

A nouveau, avec à peine 15 cm en elle, Lynn ressentit les spasmes de l'orgasme. Rob observait la scène avec émerveillement et Bobby s'exclama  : «   Wow, Maman aime bien l'avoir dans la chatte, hein Papa  ?   »

«   On dirait. Comme elle aime se faire fourrer par nos queues. Tu sais combien ça l'excite .   » Bobby hocha la tête et redirigea son attention vers l'acte pervers que sa mère entreprenait avec le serpent.

Pendant qu'ils regardaient, Lynn continua à se fourrer le python dans la chatte jusqu'à ce qu'il ne dépasse plus que la tête. Rob observait la scène et commençait à bander tandis que Bobby ne savait dire que «   Wowwwwwwww  !   » Lynn se sentait enflammée et obscène, revoyant dans sa tête la femme de la vidéo faisant la même chose.

Alors que seule la tête dépassait encore, Lynn leur sourit à tous les deux, et d'un doigt, la poussa lentement et sensuellement à l'intérieur de sa chatte. Une fois qu'il fut entièrement en elle, elle se branla la chatte, se pinça le clito et eut un nouvel orgasme. Les deux mecs ne pouvaient que rester là admiratifs. Bobby dit  : «   Wow, je ne sais pas si j'aimerai lui mettre la bite dans la fente, là maintenant   » d'ailleurs, la même pensée fusait dans la tête de Rob.

Son orgasme passé, Lynn leur sourit, se déplaça vers le bord du lit, et se leva. Elle se tenait devant son mari et son jeune fils, avec près de soixante cm de serpent entièrement fourré dans le con. Elle ne se rappelait rien de comparable qui l'enflamme autant. Elle se jeta au cou de son mari et lui donna un long baiser, le fouillant de la langue; il lui rendit avec une égale passion, sa queue bandée vibrant contre elle. Sa main descendit, attrapa sa bite et commença à le branler, puis elle se baissa, et étreint son fils contre ses gros seins, comme il aimait.

Puis se redressant, elle dit  : «   Rob, je veux MON serpent, un plus gros que Bobby. J'en veux un d'un mètre au moins, et je veux me le mettre en entier, comme j'ai fait avec celui-là. Tu ferais ça pour moi  ?   »

Rob resta sans voix et put juste acquiescer à sa perverse de femme en hochant la tête. Elle s'agenouilla et prit sa bite bandée dans la bouche et commença à la sucer. Avec une main, elle commença à tripoter la jeune queue de Bobby, et à la branler. Aucun des deux ne put se retenir et jouirent presque qu'immédiatement, Rob aspergeant le gosier de Lynn de son foutre, et Bobby jouit en soubresauts dans sa main. Il était trop jeune pour juter, mais il pouvait sans aucun doute prendre son pied. Puis elle se pencha et lécha et suça la bite de Rob.

Bobby dit  : «   Maman, si tu vas avoir ton propre serpent, est-ce que je pourrais mettre le mien dans la fente de Sissy. Je veux la voir faire la même chose   »

Lynn dit  : «   Et bien, il faudra que tu en discutes avec elle, et tu verras si elle veut bien le faire. Mais pour l'instant, il vaudrait mieux le sortir de là avant qu'il ne s'étouffe   », elle s'allongea sur le lit, les jambes écartées, leur présentant un con largement ouvert.

Juste à ce moment-là, la petite Kari entra dans la chambre et grimpa sur le lit où sa mère était allongée, écartelée et dit  : «   Mr serpent caché maman  ?   », se rappelant ce que sa mère avait fait plus tôt avec elle. Elle recommença à farfouiller dans la chatte de Lynn avec son doigt comme elle l'avait fait auparavant, écartant les lèvres pour voir le serpent. Lynn jeta un regard à son mari et dit penaudement  : «   Aurai-je oublié de dire que Kari était avec moi tout à l'heure quand je l'ai fait la première fois  ?   »

Rob se mit à rire et dit  : «   Je pense, oui  ! Enfin, on dirait qu'elle sait où chercher   »

Kari avait écartelé les lèvres de Lynn avec ses doigts et avait trouvé la tête du serpent. Elle dit  : «   Maman, sortir  !   » indiquant qu'elle voulait que Lynn retire le serpent de son con comme elle l'avait fait auparavant. Lynn se mit un doigt dans la chatte, trouva la tête et pêcha le serpent, le tirant hors de sa fente. La petite Kari battit des mains et rit de bon coeur tandis que le serpent ressortait lentement de sa mère.

Une fois que le serpent eut rampé entièrement hors de sa mère, la petite Kari reporta son attention vers la bite de son père, qui avait complètement débandé, et était juste à coté de son visage; elle se tourna vers elle, ouvrit la bouche et aspira son gland. Elle resta là à téter son père pendant que Bobby récupérait son serpent et que Lynn se rassit, et serra son fils, et le serpent, dans ses bras.

Quand, après ses activités scolaires, Sissy rentra à la maison un peu plus tard, Bobby fut le premier à l'attendre à la porte et à la manière d'un gosse de presque onze ans, lui demanda abruptement si il pouvait lui fourrer le serpent dans la chatte comme maman l'avait fait aujourd'hui. Comme d'habitude, Bobby était nu, le serpent autour du cou, et la question brutale du jeune garçon prit Sissy plutôt par surprise. Non pas qu'elle n'y avait déjà pensé sérieusement, mais elle hésitait encore un peu.

Après s'être remise de la surprise, elle dit  : «   Maman s'est collé le serpent dans la fente  ? Quand  ? T'es sûr  ?   »

Bobby approuva vigoureusement et dit que lui et papa l'ont regardé faire, et que c'était OK si Sissy voulait bien et que il voulait vraiment, mais vraiment vraiment lui bourrer la chatte avec le serpent. La tête pleine de pensées sexy, Sissy dit qu'elle parlerait à Maman et Papa et que si c'était d'accord, peut être qu'elle le laisserait mater.

Typique d'un jeune garçon, Bobby dit «   OK   », se retourna, et repartit dans sa chambre. Sissy partit chercher sa mère pour voir si ce que son jeune frère venait de lui dire était vrai. Elle ne doutait pas que sa mère en soit capable, elle voulait juste savoir si c'était vraiment d'accord pour qu'elle se fasse mettre par le serpent de Bobby. En plus, l'idée de sa mère avec un serpent dans la chatte faisait mouiller Sissy au plus haut point, et elle voulait peloter les superbes gros seins de sa maman, et lui lécher la fente (apparemment la même chatte qui avait contenu un serpent aujourd'hui).

Elle trouva sa maman et son papa dans leur chambre. Sa mère était penchée au bord du lit et son père lui avait mis sa bite dans le cul, l'enculant profondément et rapidement. Lynn gémissait de plaisir, se rappelant les sensations du serpent en elle. Sissy passa derrière son père, glissa sa main entre ses jambes et commença à lui masser les couilles. Il regarda derrière lui pour voir qui c'était, et Sissy lui fit un grand sourire. Puis, elle se mit un doigt dans la bouche pour le mouiller, avec une main lui écarta les fesses, et fourra son doigt humide dans l'oeillet brun. Maintenant, c'était à son père de gémir du plaisir qu'elle lui prodiguait. Elle enfonça son doigt jusqu'à la troisième phalange dans le cul de son père, et commença «   la danse du doigt   », recourbant son doigt pour essayer de lui masser la prostate comme on lui avait appris. Ses agissements sur son trou du cul et sur sa prostate firent décoller son père, et il balança plusieurs bonnes giclées dans le cul de sa femme, qui elle aussi grimpa aux rideaux encore une fois.

Après avoir craché ce qui lui semblait des litres de foutre dans le rectum de sa femme, il décula lentement et se tourna pour regarder Sissy. Elle le fixait des yeux et savait exactement ce qui le brancherait. Elle lui fit une grimace, et fourra le doigt qui sortait de son cul directement dans sa bouche et le nettoya devant lui. Puis elle attrapa sa queue gluante qui sortait du cul de sa mère et le prit dans sa bouche, le léchant et le suçant jusqu'à ce qu'il soit propre. Rob pouvait seulement rester là et soupirer tandis que sa fille perpétrait cet acte pervers.

Après avoir nettoyé la bite de son père, elle se tourna vers sa mère, qui était étalée face contre le lit, son trou du cul encore béant. Sissy mit un doigt de chaque main dans le trou largement ouvert de sa mère et l'écartela aussi largement qu'elle put. Elle jeta un regard à son père, grimaça, et fourra sa langue aussi loin qu'elle pouvait dans le trou de sa mère. Elle sentait le goût du sperme de son père et les sucs intestinaux de sa mère. Une fois avoir léché tout ce qu'elle pouvait elle dit  : «   Maman, tourne toi et assied toi sur ma bouche, comme ça je pourrai boire le foutre de Papa, directement depuis ton cul.   »

Pourtant épuisée par les nombreux orgasmes de la journée, Lynn se leva, repoussa Sissy sur le lit et chevaucha son visage. Elle mit son trou du cul dégoulinant au-dessus de la bouche de sa jeune fille et Sissy suça et lécha le foutre de son père. Rob se tenait là, les regardant toutes les deux quand Kari entra dans la chambre pour se poster à coté de son père, donc la queue était à moitié débandée; Elle ouvrit la bouche et à nouveau y fourra la queue. Avec sa tétine favorite dans la bouche, elle observa sa soeur et sa mère dans leurs ébats pervers. Après un court moment, Rob dit  : «   Tu es sûre que tu veux sucer ça, mon chou  ?   » Sa petite fille lui sourit, hocha la tête et se remit à lui pomper le noeud. Puis elle le laissa glisser de sa bouche et dit  : «   Manger papa foutre  ?   » Signifiant qu'elle voulait savoir si Rob allait lui envoyer quelques giclées de sperme dans la bouche.

Mais Rob n'était plus capable de produire du sperme pour un petit moment, alors il se baissa, pris sa petite fille dans ses bras et dit  : «   Je suis désolé mon chou, mais Maman à tout pris cette fois ci et partage avec Sissy. Mais c'est promis, je t'en donnerai la prochaine fois, d'accord  ?   » La petite gamine hocha la tête vigoureusement et serra son père dans ses bras. Elle aimait être prise dans les bras costauds de papa, autant que «   manger papa foutre   » giclé directement dans sa bouche.

Et voilà comment Lynn put jouir du surnom de Maman Zoo. Et pour jouir, elle a joui, joui, et re-joui. Lynn trouva qu'elle avait été vraiment excitée de se faire foutre par le serpent et elle commença à réfléchir à tout ce qu'elle pourrait faire d'autre du même genre; elle se rappelait que la femme au serpent de la vidéo, s'était enfilé une souris et d'autres bestioles. L'absolue perversité de la chose la faisait mouiller à chaque fois qu'elle y pensait; elle décida donc d'en parler à Rob et de voir s'il serait intéressé de l'aider un peu.

Après leur session torride avec le serpent, l'enculage et que Sissy ait englouti le foutre de Rob directement depuis son cul, ils étaient assis à table pour dîner quand Bobby sortit d'une traite  : «   Maman, tu-as-dit-que -c'était-d'accord-de-fourrer-le-serpent-dans-la-chatte-de-Sissy-si-elle-voulait-bien-et-que-je-lui-ait- -demandé-et-qu'elle-a-dit-qu'il-fallait-qu'elle-t'en-parle-et-à-papa-aussi.   » «   Je trouve que c'est chouette de te voir te mettre le serpent et de le regarder sortir en rampant.   » «   Alors  ? C'est d'accord de le coller dans Sissy  ? J'aimerai vraiment faire ça  !   »

Sissy rigola et dit  : «   Si ya quelqu'un qui va me coller un serpent dans la chatte, ça sera moi, gros malin. Tu pourra regarder, mais c'est moi qui me l'enfilerai, si ça te dérange pas.   »

Bobby lui tira la langue et dit  : «   OK, mais je veux voir, comme avec maman.   »

Sissy dit  : «   Maman, tu t'es vraiment mis le serpent comme il dit  ?   »

Lynn eut un petit rire  : «   Oui ma chérie, tu me connais. Je suis une vraie salope quand je suis excitée. J'ai vraiment pris le serpent de Bobby aujourd'hui, et oui, je me le suis fourré entièrement, et ça m'a vraiment transporté. C'était tellement grisant et pervers. En fait, je vais avoir mon propre serpent, mais un plus gros que je pourrai utiliser quand je voudrai. N'est-ce pas Rob  ?   »

Son mari gloussa  : «   Hummm, oui, enfin je crois. On en a un, quel problème d'en avoir un autre  ? Et tu sembles vraiment t'éclater avec le petit. Si tu en as un plus grand, je ne sais pas si je serai capable d'assurer, quand je vois comment celui-là t'as rendue dingue aujourd'hui.   »

Bobby fanfaronna  : «   C'est bon, je baiserai maman à chaque fois qu'elle sera déchainée, si tu veux. J'aime bien la voir excitée et se mettre des trucs dans la chatte. Mais je veux enfiler Sissy avec mon serpent. Dis, je peux, hein  ?   »

Ils se mirent tous à rire de l'impétuosité du jeune garçon. Lynn regarda Sissy  : «   Chérie, tu peux jouer avec le serpent si tu veux, mais il faut qu'on en parle d'abord, pour que tu saches quoi faire. Et plus important, ne pas faire. Si c'est aussi délicieux pour toi que ça l'a été pour moi, je pense qu'on ne sera pas capable de t'en détourner.   »

«   Rien que l'idée m'excite   » dit Sissy en rougissant, «   et ne pense pas que je n'y ai pas pensé avant aujourd'hui. C'est juste que je n'était pas rassurée de faire un truc comme ça. Je veux dire m'enfiler un animal vivant. Le fait d'y penser est si pervers, hein  ? J'adorerai, mais j'hésite un peu. Tu sais combien j'aime me fourrer des tas de trucs, des concombres, des balles de golf, des boules de billard. J'aime la sensation d'être pleine, complètement remplie. Maman, peut être qu'on pourrait se taper le serpent ensemble. Je saurai quoi faire, alors.   »

Lynn dit  : «   Bien sûr, ma chérie. C'est pas comme si on n'avait jamais parlé de sécurité ou d'hygiène quand tu te mets des trucs dans la chatte. Mais là c'est un peu différent. Et puis il faut faire attention à ne pas blesser ce pauvre serpent. Après tout c'est lui qui nous donne tout ce plaisir dégueulasse. On prendra un peu de temps après dîner pour discuter et on verra.   »

«   Super  ! Je veux mater. Je veux te voir te l'enfiler dans la chatte, Sissy. C'est vraiment chouette.   » s'exclama Bobby.

«   Doucement mon garçon   » dit Rob. «   La première fois ce sera probablement juste maman et Sissy. Si elle veulent de toi, elle te le diront. OK  ?   »

Bobby fit un peu la moue  : «   Mais c'est MON serpent. Je veux regarder  !   »

Lynn dit  : «   Bobby, tu auras une chance de voir ça. En fait, je te laisserai me fourrer le serpent dans la foune une autre fois, mais ce soir, je veux que ce ne sois que Sissy et moi pour sa première fois. D'accord  ? Un truc entre filles. Un truc privé.   »

«   Wow  !   » dit Bobby. «   Tu ME laisserai te le mettre  ? Super. C'est bon, tu peux faire ce que tu veux, Sissy. Je veux bourrer la chatte de maman avec. Et je veux qu'on en ait un plus gros, et aussi te regarder, maman, te le mettre dans la chatte. Ca me plairait d'avoir un autre serpent.   »

La petite Kari suivait tout ça et se fit entendre  : «   Serpent dans moi aussi  ?   »

Lynn regarda la petite gamine  : «   Heu, chérie, j'ai bien peur que tu ne soit trop jeune et trop petite pour te prendre un serpent. Peut-être que papa peu jouer avec toi et trouver quelque chose  ? D'accord  ?   »

La petite fille, ne comprenant pas tout, mais néanmoins rassurée, hocha la tête et perdit immédiatement tout intérêt pour la conversation.

Lynn dit  : «   Je sais qu'on en a déjà parlé avant, mais je ne répèterai jamais assez qu'il est très important de ne rien dire de ce qu'on fait ensemble à qui que ce soit. On ne veut pas avoir de problème, et parler à quelqu'un de nos jeux secrets peut être une très mauvaise chose. Sissy, je sait que tu comprends, mais j'espère vraiment tu ne ressents pas de pression à ne pas parler de ce qu'on fait, à tes copines. Si leur parents découvrent quelque chose et nous dénoncent, on aura de très gros problèmes. Il ne doivent jamais rien suspecter. Tu comprends  ?   »

«   Ouais, maman, je sais. J'ai quelques copines qui parlent toujours de sexe, et qui me racontent des trucs qui sont complètement faux. Je sais bien qu'elles ne savent pas de quoi elles parlent, vu qu'on a fait bien plus de trucs qu'elles peuvent imaginer, ce qui fait que des fois c'est dur de la fermer. Mais je sais que c'est très important, donc je dis rien. Mais tu peux pas savoir comment c'est bien de pouvoir vous demander tout ce que je veux à propos du sexe – ou d'autres choses, bien sûr – et d'en parler librement. Comme de me fourrer des choses dans la fente. Un serpent, par exemple. Purée, ces filles sont vraiment bêtes. Elles pensent tout savoir, et n'ont même pas idée de qui est possible. Des fois, j'aimerai pouvoir leur dire que papa me baise et m'encule depuis des années, et que j'ai l'ai sucé, et Bobby aussi, plus de fois que dans tous leurs fantasmes. C'est dur des fois, de ne pas pouvoir partager avec les autres filles de mon age mes pensées perverses et les trucs qu'on fait ensemble. Mais j'ai bien compris. Et je dirai et je ferai jamais rien.

«   Bien   » dit Lynn. «   Je ne suis pas seulement fière de toi, je t'aime tant que je n'arrive pas à te dire combien. J'adore faire toutes les choses sexy qu'on fait ensemble, et je souhaiterais vraiment que tu connaisses d'autres gens pour partager ces choses. Mais pour l'instant, ce n'est pas possible. Kari est trop jeune et ne parle pas assez bien, donc pas de danger de ce coté. Bobby, c'est valable pour toi aussi. Tu ne peux pas révéler nos secrets de famille, parce qu'on aurait tous de gros problèmes et qu'on ne pourrai plus rien faire ensemble. Tu sais que j'aime sucer ta petite bite et que tu aime me baiser. Et je sais que Sissy aime aussi que tu la baises. Et quand Kari sera un peu plus grande, je sais que tu auras plaisir à la baiser et la sucer, mais pour l'instant, nous devons faire très attention à ce que nous disons. C'est valable aussi pour les proches, comme grand-mère et grand-père, ou oncle Ted et tante Lori.

«   Ouais, maman, je sais. J'ai jamais rien dit. La plupart des enfants que je connais, ne savent rien du sexe. Moi, j'aime ça, mais je leur dis rien. Je veux continuer à baiser avec toi et Sissy. Alors je la ferme.   »

Lynn acquiesça  :  «   C'est bien. Je suis fière de toi. J'aime faire toutes ces choses avec toi, alors continuons comme ça, hein  ? A part ça, j'ai pensé à de nouvelles choses, autre que les serpents, que j'ai envie d'essayer et j'espère que ça va tous vous plaire et vous exciter comme moi.   »

Quand Rob entendit, il eut un hochement de sourcils; «   Humm, de quelles nouvelles choses parlons-nous, chérie  ? Les serpents c'est pas assez  ?   »

«   Je suis tombée sur certains chose sur internet qui m'ont fait mouiller. Les vidéos d'une femme avec des serpents, et... hummm, d'autres... humm, bestioles. On en parlera plus tard. Je veux te montrer quelques vidéos que j'ai trouvé et voir ce que tu en penses.   »

«   Tu veux dire quoi, maman, par d'autres bestioles'   » demande Sissy. «    Comme si les serpents c'était pas déjà assez pervers.   » dit elle en riant.

«   Ton père et moi on en discutera et si on pense que ça peux aller, on te le dira. Mais pour l'instant, c'est juste entre Rob et moi. Sauf pour le coup du serpent, bien sûr. On fait la vaisselle, on monte dans ta chambre et on en parle.   »

Rob intervint  :  «   Pourquoi, les filles, vous n'iriez pas tout de suite  ? Bobby et moi on s'occupe de débarrasser. Allez-y.   »

Bobby dit  :  «   Ohhhh, pourquoi je doit tout nettoyer et pas Sissy. Déjà qu'elle va utiliser MON serpent pour se le mettre dans la chatte et qu'en plus je pourrai pas voir. S'te plait, papa  !   »

Rob rit  :  «  Allez fiston, c'est les hommes qui s'en chargent cette fois. Et si tu veux, Kari peut te sucer pendant que tu fais la vaisselle.   » Entendant ça, Kari battit des mains et dit de sa petite voix chantante de bébé  :«   Vi, Bobby, sucer, sucer, sucer  !   »

Quelque peu calmé, Bobby soupira  :  «   Hmmm, d'accord.   »

Quand les deux femmes arrivèrent dans la chambre de Sissy, celle-ci se tourna vers sa mère  :  «   Comment ça fait maman  ? Tu t'es vraiment enfilé le serpent en entier  ?   »

«   Oui chérie, vraiment. Et c'est génial. Je ne peux pas te décrire combien on se sent perverse et obscène. Ca m'a vraiment excité et j'ai joui très très fort. J'ai fait ça, un peu sur un coup de tête, je mouillait tellement rien que d'y penser. Je suis tombée sur des clips sur internet d'une femme qui s'enfilait un gros python ou un boa jusqu'au fond, la tête et tout. Plus rien ne dépassait. Alors, quand je me suis enfilé la queue du serpent, j'étais si excitée et je me sentais si bien, que j'ai continué à en enfiler de plus en plus. Au début, il s'est tortillé un peu, et ça m'a rendu encore plus folle. Une fois que je l'avais rentré tout entier, sauf la tête, j'ai continué à jouir juste par les sensations que ça me donnait. J'ai fini par lui renter aussi la tête et j'ai été submergée par les orgasmes. C'était tellement bon. Ce qui aurait pu être encore mieux ç'aurait d'avoir été filmée, comme la femme aux serpents, et de savoir que des milliers d'inconnus pourraient me voir m'enfiler un serpent. Ou si je l'avais fait devant un public. Mon Dieu, c'était si excitant.

«   Putain, maman, des gens qui te matent  ? Te faire filmer  ? Alors que nous répète de garder ça secret  ?   »

«   Sissy, je te parle de fantasme. Tu n'as jamais voulu faire quelque chose de sexy en public, ou devant une poignée de gens, si possible des inconnus  ? Je veux dire, en fantasme, pas aller en ville et le faire.   »

«   Hé maman, je fantasme la dessus tout le temps. Si papa pouvait me baiser dans un stade rempli pendant la mi-temps du Super Bowl, je le ferai. Rien que le fait que toi, ou Bobby ou même Kari me matent, ça rend la chose pus sexy. Rien que de m'imaginer aller vers Grand-père, me baisser et lui ouvrir sa braguette, lui sortir la bite et le sucer devant Grand mère me fait mouiller à fond. Si je pouvais être baisée au collège par un paquet de mecs sur le bureau du prof, et par le prof lui-même, je jouirais en continu. Faire des trucs pervers en public c'est le top du top pour moi. Me dis pas que t'es pareille  !   »

«   Si chérie, on se ressemble plus qu'on ne crois. Je me ferai baiser par un chien, un cheval, des serpents, des souris, n'importe quoi, en direct à la télé si je pouvais. Ooooooh, je mouille rien que d'en parler.   » Elle en frissonna d'excitation. «   Mais, on est venues ici à propos de toi et du serpent de Bobby. Qu'est ce que tu en penses, tu veux vraiment le faire  ?   »

«   Oh mon Dieu, OUI, maman  ! Qu'est ce qu'on doit faire, heu, pour le faire. Comment tu nettoies un serpent avant de te le bourrer dans la fente  ?   »

Lynn sourit penaudement. «   Bin, je dois admettre que je ne l'ai pas vraiment préparé. Je suis juste allé dans la chambre de Bobby, j'ai pris le serpent, je suis retournée dans ma chambre et je me le suis enfilé. Je sais, c'est stupide; mais c'est pourquoi je veux t'aider. On doit être sûres de notre hygiène si on fait ça.   »

«   Oui maman, mais comment tu fais pour stériliser ou nettoyer un serpent  ? On fait en sorte de nettoyer tout ce qu'on s'enfile pour pas attraper d'infection, ou de maladie, ou autre chose. Mais un serpent   ?   »

«   Bin, j'ai pas trouvé un mode d'emploi pour t'enfiler des serpents dans la chatte, donc il va falloir faire preuve de bon sens. Tu sais qu'on utilise la solution à l'argent pour désinfecter nos sextoys et pour se rincer pour qu'on n'attrape rien. Et bien, ça devrait marcher sur le serpent sans danger pour lui. Ca ne devrait pas lui faire de mal si on le lave avant. Et on peux se rincer le vagin avec, après. Ca devrait suffire pour commencer. Va chercher la bouteille de désinfectant et un gant de toilette, je vais chercher le serpent de Bobby et on peux essayer si tu veux. Je peux le faire en premier pour te montrer si tu veux. J'ADORE l'effet que ça me fait d'avoir cette chose au fond de ma chatte  !   »

«   Non, c'est bon, maman, je crois que je vais me lancer et l'essayer en premier si tu m'aides. Je suis vraiment excitée d'avoir à le faire, et je le serai encore plus si y a quelqu'un qui mate, même si ce n'est que toi.   »

«   Et bien, on peut inviter ton père. Je suis sûre que ça ne le dérangera pas d'être spectateur, si tu veux. Ca l'a vraiment excité de me mater me bourrer la chatte avec, aujourd'hui.   »

«   Il peut venir regarder, si il veut. Mais allons y, on démarre. Je mouille tellement d'en parler que je dégouline de partout   » dit Sissy en pouffant de rire.

Sur ce, Lynn alla dans la chambre de Bobby, sortit le serpent de sa maison de verre, et le ramena dans la chambre de Sissy. Elles le nettoyèrent avec le désinfectant et le posèrent sur le lit. Sissy grimpa sur le lit à coté de lui et commença à le caresser d'une main pendant qu'elle s'occupait de sa chatte et de son clito de l'autre. «   Mon Dieu, maman, je suis toute trempée. Tu peux m'essuyer avec le gant  ?   »

«   Tu es sûre  ? Pasque le serpent est plutôt sec, et tu auras besoin d'être lubrifiée au maximum, autant pour toi que pour le serpent. Tu veux qu'il glisse en toi, sans forcer. Et on ne veut pas utiliser de lubrifiant ou un truc pas naturel sur ce pauvre petit gars. On ne sait pas ce que ça pourrait lui faire.   »

«   OK   »dit Sissy, en prenant le serpent et en le posant sur son ventre. «   Je fais comment  ?   »

«   Je suis pas vraiment sûre, chérie. J'ai commencé par le rentrer par la queue. C'est comme ça que faisait la femme au serpent. Essaie ça. Ou tu veux que je le fasse pour toi  ?   »

«   Non, laisse moi essayer. C'est parti  !   » Alors, Sissy essaya de pointer la queue du serpent à l'entrée de sa fente. Après quelques essais, elle réussit à le faire entrer dans le trou. Une fois que le bout de la queue fut entré, elle continua à le pousser petit à petit en elle. «   Maman  ! J'y arrive. Il est dedans  !   » s'exclama Sissy avec excitation, comme si sa mère ne voyait pas parfaitement ce qui se passait.

«   Oui chérie. Continue comme ça. Je ne sais pas si ton vagin sera capable de le contenir entièrement comme le mien, mais tu sais mieux que moi ce qu'il peut endurer.   »

«   Ohhhhhh, c'est si pervers, maman  ! Je le sens remuer en moi  !   » Sissy continua à s'enfiler le serpent dans la chatte, jusqu'à ce que presque tout soit rentré, à part une quinzaine de centimètres. A cet instant, elle lâcha le serpent et le laissa se tortiller un peu, alors qu'elle gémissait et se tordait en pleine extase. Le serpent chemina lentement hors de la chatte de Sissy, ses mouvements s'ajoutant un peu plus au plaisir de Sissy. Une fois que le serpent se fut complète glissé hors des lèvres de son con et fut reparti sur le lit, Sissy se raidit et se mit à hurler, submergée par l 'orgasme. Le serpent se retrouva sur le lit entre ses jambes tremblantes. Lynn passa au dessus d'elle, ramassa le serpent, le caressa et lui tapota la tête. Puis elle s'allongea sur le lit, près de sa fille qui jouissait.

Plaçant le serpent sur sa poitrine et tout en continuant à le caresser d'une main, elle se tourna et caressa la poitrine de sa fille de l'autre. Après une minute ou deux, Sissy tourna la tête et regarda sa mère. «   Wow, maman, ça a été violent  ! Je me suis mise presque tout le serpent. Ma chatte était en feu  ! C'était magnifique  !   »

«   Je sais chérie, on dirait que tu t'en est pris un bon. Tu veux te le remettre  ?   » demanda Lynn.

«   Hmmm, pourquoi pas toi, comme ça je pourrais voir à quoi ça ressemble,    » dit Sissy.

«   OK chérie. Regarde comment ça fait.   » Ainsi, Lynn écarta les lèvres de sa chatte d'une main, de l'autre prit la queue du serpent et commença à s'enfiler le serpent dans la chatte. Centimètre par centimètre, le serpent entra en elle, sans essayer de s'échapper ou d'indiquer un quelconque signe de stress ou d'inconfort. Si on peut parler d'inconfort pour un serpent.

Sissy s'assit et se plaça près des hanches de sa mère, pour pouvoir observer l'action de près. Elle regarda sa mère insérer le reptile bout par bout dans sa fente. Quand il ne resta du serpent que la tête, Lynn lâcha la bestiole. Fascinée, Sissy observait; le serpent restait là, sans essayer de s'en aller du tout, tirant la langue de temps à autre.

«   Purée maman  ! C'est hard  !   » s'exclama Sissy.

«   Regarde donc ça.   » Alors, Lynn utilisa un doigt pour pousser ce qui restait du serpent complètement à l'intérieur de sa chatte. «   MAMAN  ! Il est entièrement en toi  ! Wow  !  !  !  !   » Alors, Lynn commença à se branler le clito et se tordre sous l'orgasme. Sissy se glissa entre et jambes et massa le ventre de sa mère, juste au-dessus de l'os pelvien, à l'endroit où devait se trouver le serpent. Puis elle se pencha et commença à bouffer la chatte de Lynn, puis à lui sucer le clito. Lynn hurla d'extase et vivait un orgasme continuel à la fois par le serpent à l'intérieur et les sucions de Sissy sur son clito. Cela dura plusieurs minutes, les jambes de Lynn se raidissant et tremblant de jouissance. Sissy se branlait furieusement le clito, et s'amena, elle aussi, à l'orgasme.

Sissy retomba sur sa mère, et toutes deux restèrent ainsi un moment. Puis Sissy se rassit et écarta les lèvres de Lynn, à la recherche du serpent. En écartelant le grandes lèvres de Lynn, elle pouvait voir le serpent lové à l'intérieur de son vagin. Une fois le con bien ouvert, le serpent sortit la tête et put respirer un peu d'air frais. Sissy regardait fascinée le serpent rampant lentement vers le lit, hors de la chatte détrempée de Lynn, entre elles deux. Sissy lui caressa la tête d'une main, pendant qu'elle doigtait le clito de sa mère de l'autre. Lynn était étendue, épuisée; c'était la troisième fois aujourd'hui qu'elle s'était faite fourrer par le serpent et avait eu de multiples jouissances sous la stimulation.

«   Maman, tu t'es mis le serpent en entier, la tête et tout. Je peux pas le croire  ! La prochaine fois, je le ferai aussi. C'était trop cool  !   » s'exclama Sissy.

Lynn dit  : «   Oui ma chérie, c'est vrai. Tu es sûre de ne pas vouloir ressayer  ?   »

«   Je pense qu'on devrait laisser cette petite bête se reposer après tout ce qu'on lui a fait subir. Je pense qu'on a besoin de respirer nous aussi. Hmmm, ta chatte avait un goût super. Surtout en sachant qu'il y avait un serpent caché à l'intérieur. C'était si érotique, si pervers. Et tu as raison, si on pouvais le faire devant plein de spectateur, je crois que je tomberais dans les pommes d'excitation.   »

«   Arrête chérie, ou je me refout cette bestiole dans le con et je jouirai si fort qu'il étouffera. Et on ne veut pas abimer notre petit ami le sextoy, n'est-ce pas  ?   »

«   OK, je vais aller remettre ce petit gars dans sa maison et je vais chercher papa. Je suis encore très excitée, j'ai besoin qu'on m'encule, et je sais que papa adore ça. Tu ne m'en veux pas  ?   »

«   Non, il me m'a déjà mise là aujourd'hui, comme tu le sais  : Tu en as eu ta part. Je me suis fait le serpent trois fois, et une fois ton père; je suis HS pour cette nuit. Va t'amuser, en espérant qu'il ait rechargé ses batteries. Mais je veux qu'on prenne du temps ensemble un de ces jours, je pourrai te montrer certaines des vidéos de la femme qui se tape le grand serpent. Enfin, grands et petits. Et plein d'autres choses.   »

«   D'accord maman. Peut-être demain puisque c'est samedi et qu'on aura toute la journée. Peut être qu'on pourra se faire papa à deux aussi, un peu. Tu serais prête à ça  ?   »

«   Si jamais je pense à me remettre cette bestiole dans la moule, alors je serai prête à tout chérie. Mon seul regret c'est qu'on ne puisse pas louer le stade et vendre des billets et qu'on fasse tout un tas de saloperies perverses toutes les deux.   » lui dit Lynn en grimaçant.

Sissy dit  : «   Wow maman, ça me refait mouiller. Je vais aller me taper papa.   »

Elle se tapa son père comme prévu; cette nuit-là, Sissy se fit mettre par ses trois trous.

[A suivre dans le Ch. 2]

Traduction  : Saint Florent

Texte original  : http  ://www.asstr.org/~Ole_Crannon/home.html

Forum Ole Crannon  : http  ://www.xconnex.com/Ole_Crannon/forum/index.php

Si vous avez des suggestions, des commentaires, etc..., n'hésitez pas à poster sur le forum de l'auteur, il y a une section réservée aux lecteurs hors US.

Si vous avez aimé ce texte, remerciez Ole Crannon - Saint Florent, c'est une motivation pour continuer d'écrire.

Vous pouvez utiliser ce champ pour envoyer un message à l'auteur.

N'oubliez pas de préciser votre adresse email dans votre message si vous souhaitez une réponse de l'auteur.

Message limité à 1700 caractères. Les messages sont systématiquement modérés avant d'être envoyés.

Vous pouvez également contacter l'auteur par mail à cette adresse : saint-florent[_at_]mail.com (remplacez [_at_] par @)