Ceci est une nouvelle histoire complète.
Titre : MA PREMIERE FOIS - Texte complet
Auteur : TLD400
Email : loja[_at_]netcourrier.com
Personnages : 1 homme, 2 petits garçons
Le plus jeune garçon a 9 ans
Inceste
Pénétration anale

Texte envoyé le 30/11/2010
Texte publié le 01/12/2010

Creative Commons 2010 - TLD400. Certains droits réservés.

Ce texte est mis à disposition sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à modifier ce texte ni à en faire un usage commercial.

Résumé :
Début avec papa et mon frère et ensuite avec d'autres...

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'.
http://www.asstr.org/~Histoires_Fr/

MA PREMIERE FOIS

par TLD400

Texte complet

Je me souviens de cette époque où je venais d'avoir 9 ans. Je m'en souviens comme si c'était hier. Notre famille se composait de quatre membres, papa, maman, mon frère et moi. Mon frère avait deux ans de plus que moi, donc environ onze ans.

Mon père était entrain de rafistoler une maison de campagne qui devait devenir notre logement définitif, un jour. C'étaient les grandes vacances et il faisait très beau. Papa décida de nous emmener avec lui pour l'aider dans ses travaux, avec nos petits moyens. Ma mère qui travaillait ne pouvait se joindre à nous. La première journée se passa très bien et le soir fatigués nous étions avachis devant nos assiettes, à manger ce que maman nous avait préparé. D'un coup papa dit :

– Mais nous n'avons que deux lits, un grand à deux places et un petit et dans la même chambre ! !

– Je ne vois pas où est le problème ? Dis-je..

– Bon, alors tu couches à coté de moi et ton frère dans le petit lit...

Le moment d'aller au lit arriva et mon frère s'endormit de suite. J'étais un peu gêné de savoir papa à coté de moi, je n'étais pas habitué. En fin je m'endormis. Au milieu de la nuit, je sentis quelque chose me caresser les fesses et comme je tournais le dos je devinais que c'était papa. Sa caresse se faisait insistante. Je laissais faire mais je commençais à être un peu troublé. Sa main passa dans mon slip et je sentis un doigt me chatouiller mon trou du cul. Je laissais toujours faire et doucement, je le sentis rentrer. C'était la première fois que ça m'arrivait un truc pareil. Quand il se mit à bouger, je sus alors ce qu'était la masturbation. Je me mis à aimer ça et faisais toujours semblant de dormir. Ce fut plus gros et je compris qu'il avait mis un deuxième doigt. Il me branlait le cul et je le sentais bouger à coté de moi. Il était entrain de se branler aussi, le salaud ! ! Je passais une main en arrière, la posait sur son ventre et doucement je descendis vers le bas. Il m'attrapa la main brusquement et me la posa sur sa pine et la fit bouger pour le branler. J'aimais trop ça, sentir ce morceau de chair très dur, très gros et très chaud. Je me mis à le branler très fort. Il a vu que je ne dormais plus, alors il sortit ses doigts de mon cul, me retourna sur le ventre, m'enleva mon slip et j'étais là, les fesses à l'air. Il passa entre mes jambes, me souleva la taille pour remonter mes fesses et me retrouvais à quatre pattes sur le lit. Je sentis quelque chose se frotter sur mon petit trou. Je tremblais d'excitation, d'un coup. Je ne savais pas, à l'époque, ce que c'était de baiser ou se faire baiser. Je sentis qu'il mettait quelque chose de mouillé et à voix basse il me dit :

– Pousse fort, comme si tu allais faire caca

Ce que je fis, sans savoir pourquoi. Et là, quelque chose rentrait doucement. J'eus très mal d'un coup, mal au cul ! Il passa un bras autour de ma taille, me serra fort contre et d'un coup de reins m'encula brutalement. Je ne pus retenir un petit cri. Je mordais mon oreiller tellement j'avais mal mais en même temps ça me plaisait. Il m'encula comme un forcené pendant longtemps et soudain je sentis du chaud dans mon ventre...

Il me lâcha, se retourna sur le dos sans rien dire et soufflait comme une forge. Moi à plat ventre je me demandais ce qu'il venait de m'arriver et j'avais mon trou du cul qui me brûlait encore un peu. Le calme revint et on finit par s'endormir. Au petit matin, il me réveilla. Mon frère dormait encore profondément. Papa me dit :

– Je bande de nouveau, viens me sucer

– J'ai jamais fait, papa ! !

– T'inquiète pas, tu vas vite apprendre

Je me courbais sur son ventre, il tenait sa bite d'une main, bien raide et m'attrapant par la nuque me fit approcher la bouche. Finalement je l'absorbais et me mis à sucer instinctivement. Il était énorme et je me demandais comment il avait pu entre dans mon cul. Je le pompais de plus en plus vite et cela me plaisait de sentir cette chaleur douce dans ma bouche et cette grosseur. A un moment il me stoppa brusquement et me dit :

– Mets-toi à quatre pattes je vais t'enculer de nouveau..

– Tu fais doucement, hein, papa ! !

– N'aie crainte mon chéri, tu vas aimer..

Je me mis en position, il cracha sur sa bite et sur mon trou du cul et doucement me pénétra. J'eus moins mal qu'hier soir et je le sentis entrer complètement. Il me laboura les reins de plus en plus fort et j'entendais son ventre faire « flac-flac » contre mes fesses. Il me tenait par les hanches et me baisait comme un malade. Je me sentis bander, d'un coup ! !

– Comme ton cul est bon, petit salaud ! ! Comme j'aime t'enculer ! ! Et toi tu aimes ?

– Oui, papa, c'est bon, t'arêtes pas !

– T'as pas mal ?

– Non papa, c'est trop bon ! ! Continue..

Puis je le sentis se vider dans mes boyaux. Il tomba sur le coté, je restais le cul en l'air à récupérer un peu et je m'avouais que j'avais aimé ça.

On se leva, s'habilla et avec mon frère nous commençâmes à bricoler à a maison. Papa faisait comme si rien ne s'était passé entre nous, mais je sentais toujours mon trou du cul palpiter car il avait été très ouvert.

Midi arriva, on se mit à table et cassâmes une petite croûte avec les restes de la veille. A la fin du repas, papa dit à mon frère :

– Tu veux avoir une surprise ?

– Bien sûr, une surprise c'est toujours agréable, papa ! !

Il se tourna vers moi et me regardant dans les yeux, dit à voix haute :

– Loulou, mon chéri, prépare ton cul de gonzesse ! !

Mon frère, tout surpris nous regarda l'un après l'autre.

– Allez, petit cochon, ton cul vite ! !

Je baissais mon pantalon et mon slip en suivant, lui tournait le dos, me mis à quatre pattes.

– Ecarte tes fesses à deux mains, petit salaud ! !

Ce que je fis de suite, attendant l'enculade.

Il dit à mon frère :

– Regarde bien comme il aime ça ! !

– Quoi ! ! Tu vas pas le...

– Si, si, et tu vas voir comme il aime ! !

Avec sa salive il m'humecta mon trou et je sentis sa grosse bite contre moi. Il m'attrapa les hanches et me tira vers lui. Je poussais un gémissement mais il était entré à fond et se mit à limer très fort... Pour la première fois j'eus un énorme plaisir. Rapidement il se vida en moi et se retira. Il demanda à mon frangin de le remplacer et mon frère, puceau, m'encula à son tour. Avec sa petite bite il était entré facilement et ça me fit très plaisir encore. Par la suite, papa et mon frère, m'enculaient tous les jours et plus ça allait, plus j'aimais ça. Jusqu'au jour où papa dit à mon frère qu'il voulait le baiser aussi. Ainsi papa l'encula et le dépucela du cul. Lui aussi se mit à aimer ça.

Mais voilà, par la suite, tous les copains de papa qui venaient à la maison et quand maman n'était pas là, nous enculaient à tout va. Plus ça allait, plus j'aimais les grosses bites. Un jour papa revint à la maison avec un Malien. Grand, puissant et très sympa comme tout. Il me dit que les noirs avaient de grosses bites et j'allais être content. En effet, je fus impressionné par sa queue. Je ne pensais pas que ça pouvait pas exister, un truc pareil et en le suçant je me disais que jamais il pourrait rentrer dans mon petit cul... Il me prépara bien avec ses doigts, m'élargis bien et poussa sa queue dans mon cul. Je pensais exploser ! ! Mais il arriva à tout me mettre et il me semblait qu'il allait ressortir par ma bouche. J'avais le cul extrêmement dilaté mais ça me plut énormément. Après s'être vidé dans mon ventre il se retira, mais j'avais le trou tellement ouvert que son sperme ressortit de suite ! ! Il était très content de moi, il donna des billets à mon père et je sus ainsi que mon cul avait été vendu pour cette occasion. Le mec me demanda si j'étais content et lui ayant répondu que oui, il me demanda si je voulais qu'il revienne. Ma réponse : quand tu voudras, c'était trop bon avec ta grosse bite.

A partir de ce jour, papa racolait des noirs et des maghrébins, enfin des mecs à grosses bites et me faisait faire la pute pour du fric... A dix ans, j'avais déjà eu des kilomètres de bites dans le cul et ça me plaisait toujours autant..

Je ne pouvais plus me passer d'avoir le cul vide et en renplacement, je me mettais des "plugs" que je gardais toute la journée jusqu'au jour où papa vint à la maison avec un énorme chien et son maître...

Si vous avez aimé ce texte, remerciez TLD400, c'est une motivation pour continuer d'écrire.

Vous pouvez utiliser ce champ pour envoyer un message à l'auteur.

N'oubliez pas de préciser votre adresse email dans votre message si vous souhaitez une réponse de l'auteur.

Message limité à 1700 caractères. Les messages sont systématiquement modérés avant d'être envoyés.

Vous pouvez également contacter l'auteur par mail à cette adresse : loja[_at_]netcourrier.com (remplacez [_at_] par @)